IMG_1395Toujours dans la catégorie « Dépassement de soi », et dans l’idée d’illustrer par les actions de certains collaborateurs comment les valeurs CODiLOG sont mises en application dans la vie de tous les jours, nous allons aujourd’hui nous attarder sur le voyage de Joséphine, qui est partie pendant 11 jours sur les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle pour vivre une expérience et rencontrer d’autres voyageurs férus d’aventures.

Au total, entre le point de départ, Le Puy en Velay, dans le département de la Haute-Loire, et son arrivée, Estaing, dans l’Aveyron, ce ne sont pas moins de 170 kilomètres que Joséphine a parcouru durant ces 11 jours, à raison d’une vingtaine de kilomètres par jour pour la traversée de 3 départements. Mais ce sont aussi des paysages magnifiques, dans les plateaux de l’Aubrac, des dénivelés importants (Le Puy en Velay se trouve à une altitude de 800 mètres), et une impression de traverser quatre saisons, entre chutes de neige, trombes d’eau et grand soleil, qui ont accompagné la marche de Joséphine – et bien sûr aussi, des rencontres.

IMG_1396

Affublée d’un sac de plus de 10 kilos, elle se lançait tous les matins sans savoir où elle allait dormir le soir. Au gré des rencontres et de l’avancée de son parcours, elle pouvait, en fin de journée, éreintée, choisir son gîte en fonction de là où elle se trouvait. Des gîtes dans des endroits souvent magnifiques, préservés, et dépourvus de constructions humaines trop importantes : ce sont des retrouvailles entre les voyageurs, la nature et soi-même.

IMG_1393

Il n’y a plus de barrières sociales, mais seulement des destins croisés le temps d’un voyage. Il n’y a plus d’infrastructures routières, mais seulement des chemins de terre traversant des villages de pierre quasiment inhabités. Et il n’y a plus, finalement, dans ces paysages bucoliques, que de l’entraide et de la bienveillance entre des personnes qui cherchent parfois des questions, parfois des réponses, toujours une expérience. Devant la difficulté de la marche, personne n’est jamais seul, et il y aura toujours une main pour aider à se relever et à continuer son avancée. Ce sont ces moments qui créent l’expérience et poussent à se dépasser pour continuer sa marche.

IMG_1394

Joséphine résuma son expérience en disant qu’elle était sortie de sa zone de confort. C’est aussi cela, se dépasser : sortir de sa zone de confort, de manière physique, morale, intellectuelle, pour découvrir d’autres horizons et en sortir grandi(e). Après l’ascension du Kilimandjaro de Tony Allio, que vous pouvez retrouver ici, nous avons voulu partager sur ce blog ce beau voyage, qui illustre de la meilleure des manières comment une collaboratrice a mis en oeuvre une valeur de dépassement de soi qui anime et façonne le travail des collaborateurs de CODiLOG.